Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html




Quand, la chaîne "National Géographic" en remet une dérisoire couche, sur l'affaire bidonnée des Apollos de la NASA...

I Introduction.

     En effet, c'est le Dimanche 8 Mars 2020, que nous avons eu l'opportunité d'assister au documentaire suivant de la Chaîne National Geaographic et à défaut du TéléMag de France-Antilles, qui n'existe plus, voici tiré du Télé Z du Dimanche 8 Mars 2020, la présentation correspondante :


        Ce documentaire, qui aurait pu alors illustrer l'engouement des médias, qui a eu lieu autour du cinquantenaire (20-21 Juillet 1969), du prétendu débarquement lunaire, des américains sur la Lune, est analogue aux nombreux documentaires déjà présentés sur notre site :

     

       Mais, il y a eu aussi les ouvrages classiques, des béni-oui-oui de la NASA, qui s'en sont donnés à cœur joie pour fêter ce désormais très contesté anniversaire, comme ces deux là, qui avaient déjà pris les devants :


     Pour approfondir, cette affaire saugrenue, disons aussi que, nous avons reçu, en son temps de Paris, de notre ancien élève Jean-François V..............., le document important qui suit :


      Dommage que cette revue Nexus, ait dû attendre, au moins 10 ans, pour s'apercevoir qu' ARTivision, avait déjà à l'époque, totalement raison, sur cette incroyable arnaque de la NASA.

II La genèse de l'affaire.

      Reprenons succinctement alors ici, (d'abord pour les internautes touristes pressés, qui lisent souvent en diagonales les articles clefs d'ARTivision), quelques éléments irréfragables, qui prouvent qu'il y a bien eu, une magouille ahurissante, dans cette affaire des Apollos de la NASA :

     Cet article ne représente, bien sûr, qu'un résumé très sommaire de faits incohérents, déjà présentés sur notre site depuis près de 22 ans. Prière alors de revoir tout cela, par petites séquences, pour éviter, bien sur, toute saturation inopinée.

     Pour faciliter les repérages des cas présentés, faisons àlors appel, une fois de plus à la notion bien pratique, de focus...

Premier focus très "surprenant concernant Apollo 8" :

     Cette mission Apollo 8, a été bien schématisée dans les admirables pages du Paris Match n° 1025 du 25 Déc. 1968, dont la couverture est telle que :


    En effet, en pages 32 et 33, ce Paris-Match 1025, nous présentent un superbe schéma(53cm -34cm), que nous avons eu bien du mal à reconstituer à cause de notre petit scanner:


     Mais, analysons, si vous le voulez bien, cette portion significative de ce beau schéma :


     On voit très clairement que les vaisseaux en question sont inversés, ce qui signifie qu'à un moment donné, il y a eu un retournement notoire, du module de Service, pas du tout mentionné sur ce beau dessin. Ce retournement, pourrait avoir lieu en effet, immédiatement après le premier survol de la face cachée de la Lune, mais il aurait pu avoir lieu, à un autre moment des 10 révolutions effectuées, dit-on, autour de la Lune... (Notez bien aussi, qu'il y a eu d'autres retournements, non mentionnés, dans le super schéma en question).

     Nous ne pouvons ici reprendre, les très nombreuses images et données de nos articles clefs, prouvant que la mission d'Apollo 8 était absolument truquée, mais prière alors de consulter par exemple les articles suivants, parmi tant d'autres :

http://www.artivision.fr/CaviardageNASA.html

http://www.artivision.fr/NouvellecoucheApolloS&V.html

:      Poursuivons notre exploration, maintenant, par la mission Apollo XI, en y extrayant certaines images du site quasi officiel suivant :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

Deuxième focus très "didactif sur les rayons du soleil" :

    Et en cliquant sur l'onglet Apollo11, puis allons d'emblée à l'image ap11-S69-40308 suivante montrant, :dit-on, les évolurtions sur la Lune en juoillet 1969, de Neil Armstrong et Buzz Aldrin.


     On voit alors que :


      Il n'est absolument pas besoin, en effet, de sortir de Polytechnique, (et de très nombreux sites, ont soulevé cette aberration), pour s'apercevoir que l'ombre du "spationaute" de droite, est bien plus longue, que celle de son confère. Les rayons du Soleil venant de l'infini, les deux ombres doivent être parallèles et surtout de même longueur, car les "spationautes" , ont des tailles très voisines, et, comme on le voit, ce n'est pas du tout, le cas ici, pour la longueur des ombres en question.

     Pour vérifier cette affirmation, nous avons réalisé la modeste expérience suivante :

      Un jour, vers 16 h 20 locales, nous avons simplement placé dehors, deux bouteilles identiques d'eau minérale, et nous avons constaté de visu, que les ombres étaient parfaitement parallèles, et que l'ombre portée mesurait 98 cm, pour chacune d'elles.


       En conséquence, il s'en suit que :

- Soit que les deux "spationautes" sont éclairés (sur Terre évidemment, par de puissants et différents projecteurs dans la zone de simulation du Névada ou de l'Arizona)...

- Soit que pire encore, il s'agit d'un montage de deux photos différentes prises pour chaque "spationaute" , séparément et, bien entendu, sur Terre.


Troisième focus très "didactif sur l'ombre du drapeau " :

         Mais voyez aussi, cette affaire bizarre, très parlante, qui est une exclusivité d' ARTivision, et qui n'a jamais reçu, la moindre explication, de ces Messieurs, les béni-oui-oui de la NASA...et autres protagonistes consorts des chaines de télévision...

      Regardez en effet,
cette image, d'Apollo 11, nommée AP11FR11, et surtout l'ombre, du drapeau :




         Et maintenant revoyons,l'image très connue (déjà vue plus haut), et nommée, ap11-S69-40308


       On voit alors, qu'étant donnée la position de la hampe du drapeau, au pied de "l'astronaute" , ce drapeau devrait se projeter sur "l'astronaute" de gauche grosso modo, comme le montre notre modèle grossier, un peu trop foncé :


      (Merci déjà, mille fois à l'aimable infographiste passionné, qui pourra mieux réaliser cela que nous, et avec les couleurs requises)...

     Pourquoi donc ce drapeau n'a-t-il pas d'ombre, sur l'"astronaute" en question ?

     Certains, vous diront, vite fait, que c'est le blanc du scaphandre, qui a saturé le flaiblard noir de l'ombre du drapeau. Point barre...

      Nous avons démontré dans pas mal d'articles, que c'était faux, et voici par exemple, deux images, tirées du site, quasi officiel :

http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html

montrant nettement que le blanc ne gêne pas trop, la croix :

   

       Donc pour les cosmologistes blasés et officiels, il ne peut y avoir d'ombre du drapeau, sur l'astronaute en question. Point à la ligne...

      Mais, on le sait bien, le site ARTivision, a toujours dans ses dossiers de quoi confondre, les plus récalcitrants de ses zélés détracteurs.

       En effet, voyons donc ce jour, ce que nous a réservé, le documentaire de la chaîne "Toute l'Histoire", qui est repassé souvent en boucle, à l'époque :


      Dans le troisième volet tel que : "Apollo Retour vers la Lune", exactement, 9 minutes après qu'Armstrong ait déclaré sa célèbre phrase : "Un petit pas pour L'homme..." , nous avons vu un "spationaute" en vadrouille, sautiller sur la Lune et chose importante de gauche à droite, devant le drapeau américain, qui semble se projeter largement sur son scaphandre tout blanc, en une ombre significative très étonnante. Mais, notre vieille mini-caméra, est tombée en panne, et puis nous l'avons bricolée sommairement en utilisant la pile d'une lampe de poche de 4,5 V, Nous avons tout de même réussi, par une chance inouïe, à un replay de l'émission, à obtenir modestement l'image suivante de l'écran de la télé :


      Dans l' image en question, l'ombre du drapeau, semble bizarre et plus courte qu'il faudrait.

      Curieux n'est-ce pas !!! On en reste bouche bée, et c'est à vous donc, qu'il appartient de juger, cette affaire d'ombre très fugitive.

Quatrième focus très "didactif sur une affaire de pas fantômes" :

     Analysons maintenant, si vous le voulez bien, l'environnement immédiat du petit appareil nommé gnomon, soi-disant destiné à donner l'échelle de la photo et servir pour l'étalonnage des couleurs :

  

      Sur la photo de droite, on voit déja, au-dessus, une trace de roue, qui n'a rien à faire sur la Lune, ( voir notre article Apollo16Bizarreries.html ).

          Mais voici mieux :

AS17-146-22365.jpg

     , une petite explication s'impose : En effet, nous aimerions ici savoir si les astronautes utilisaient, une perche de plusieurs mètres de long, pour déposer le petit appareil nommé gnomon, On voit en effet, ici, qu'il n'y a aucune trace de pas à ses pieds. Comment a-t-on fait pour mettre en place ce gnomon ? A-t-il, comme pour la jeep, vue plus haut, fait un saut quantique dans le Temps ?

    Même topo, pour l'image suivante AS15-85-11500 :


     On voit alors, sur la gauche, apparaître clairement l'empreinte d'un pas du spationaute, mais il n'y a aucune trace de pas, au pied du gnomon. Comment a-t-on fait pour le mettre en place ? A-t-on utilisé aussi, une perche télescopique, jamais montrée au commun des mortels ?

     Même topo pour Apollo 17 pour l'image AS17-146-22365 suivante :


      A vous donc d'en tirer, les conclusions qui s'imposent...

Cinquième focus très "didactif sur une affaire de trépied photographique" :

      Mais, on peut aussi se poser la question, de savoir qui a bien pu prendre la photo des deux sujets évoluant surr le Lune que pour Apollo 11 tel que d'après le photo connue on ait:


     Mais il y a aussi ce point qui n'a jamais reçu de réponse claire, ni de la NASA, ni de ses émules asservis :

      En effet, on ne nous a jamais présenté le trépied ou la fixation, qu'auraient utilisés les "astronautes", pour répondre à la question qui consiste à simplement dire : Qui a pu filmer et prendre ces images , si bien agencées, des deux "astronautes", évoluant côte à côte, sur la Lune. On sait en effet que le troisième confrère nommé Collins, était très éloigné en haut dans le ciel lunaire, et dirigeait, dit-on le Module de Commande. Il ne pouvait donc, en aucune manière, prendre ces photos si claires !!

      Où était donc fixée la caméra en question ? A-t-elle été commandée automatiquement à distance, ou a-t-elle filmé en continu, quitte à gaspiller de la pellicule, pourtant si précieuse en ce lieu ?

      La même question se pose, pour les photos suivantes concernant Apollo 16:

  

      Qui a pris cette photo coincée entre les gros rochers, que l'on aperçoit à l'avant plan ? Le LRV ne semble pas pouvoir s'y intercaler. Où était donc déposée la caméra, qui ainsi a pu permettre de faire les photos en question ? On ne nous a jamais présenté le trépied pouvant permettre d'y placer une imposante caméra !!! Nous avons longuement attendu une réponse orthodoxe et officielle des béni-oui-oui de NASA.

Sixième focus très "didactif sur une affaire de casque réfléchissant des images" :

      Mais, puisque, comme on dit, qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, nous allons maintenant sortir le grand jeu, et vous présenter, cette incroyable photo d'Apollo 12 : AS12-49-7281, à découvrir sur le site quasi officiel :



et en analysant la visière de plus près, on voit alors :


     Que fait là cette faramineuse lumière, à gauche, et aussi, partant d'elle, que représente cette ribambelle de points très lumineux , qui pourraient être des sortes de projecteurs dont, on aurait caché les supports.

     Par ailleurs, examinons l'image du casque, dont l'individu représente, on le suppose Conrad, prenant la photo en question :


      On voit alors que ce denier, semble posséder un objet blanc dans sa main droite, au lieu de tenir la caméra pour bien la diriger vers Bean, et cadrer normalement la photo. On ne voit pas bien hélas, la caméra et surtout ce que fait la main gauche. Des spécialistes en infographie, pourraient certainement, de nos jours, nous en dire plus sur ce reflet de la visière de Bean.

     Et, si ces infographistes démontraient que la main gauche de Bean, pend simplement le long de son corps, sans toucher à la caméra, se serait la preuve absolue, qu'il s'agit de manipulations photographiques, et d'un montage bidon. Avis aux amateurs...

Septième focus très "didactif sur les traces laissées par Apollo 16" :

      Mais, ce jour, voici ici la fameuse image d'Apollo 16, bien galvaudée, où pourtant les Beni-oui-oui de la NASA, n'ont rien vu de particulier...

      Voici ( avec quelques couleurs et une flèche rouge mises par nos soins) , la fameuse photo :


      Pour les puristes, disons que cette photo apparaît en page 39 dans l'admirable livre "Lumières sur la Lune" (le grand doute) de Philippe Lheureux, publié aux Editions Carnot en Novembre 2000:

  
Voir la nouvelle édition à l'époque, sur le site : http://lheureux.free.fr/



     Mais, si l'on scrute de près, le rocher en bas à gauche, au bout de la fleche rouge, on distingue alors une sorte de lettre C, inscrite sur ce rocher .


      Pour mieux éclairer cette affaire, disons que Super-Hasard , a encore marqué un grand coup, ( Hum hum ), car il nous a permi, d'entrer en possession d' un poster de 47,5 cm sur 40,5cm, de cette image célèbre d'Apollo 16 , et image tirée du document suivant :


    Cette page est tirée de la page 41 d'un brochure, datée du 1er au 15 Mars 1994, et intitulée "Textes et Documents pour la Classe", TDC 671.


     Donc, on voit que, ce poster incroyable, avait été réalisé, près de 22 ans, après "l'exploit", d'Apollo 16, en question.

    Et cela est bien plus net, sur poster , (que nous possédons, on le sait, depuis 1994).


     Pourquoi cette lettre C, de l'alphabet est-elle écrite sur un rocher de la surface lunaire ?

    Il s'agit certainement d'un rocher bien calibré et utilisé, par un Centre de simulation des USA, et cette lettre désigne un emplacement précis, qu'il fallait respecter, mais on a oublié de retourner le rocher, au moment de la prise de la photo
. Point Barre...

      Nous avons aussi pu extraire, de cette photo d'Appolo 16 du site :



      Mais, chose ahurissante, le C , au bout de la flèche rouge, a totalement disparu :

   

    Meme topo, sur le quasi officiel déjà présenté plus haut avec la photo AS16-107-17446:



     La lettre C, a aussi , disparu comme par magie. Pourquoi ? Qui avait intérêt à la faire disparaître ?


    Comment donc ce C, qui se trouve sur poster au moins déjà en Mars 1994, et encore sur l'ouvrage"Lumières sur la Lune : Le grand doute", de fin 2000, et même dans le documentaire que nous avons pu visualiser le Dimanche 6 Février 2005 :


, un volet de 30 minutes de la chaîne de l'époque "Planète Choc", intitulé "l'espace intersidéral" de la série d'émission" théories du complot", dont le générique était :


et, où on voit nettement ce C tel que :

   


    Alors, comment expliquer, que ce C ait pu disparaître comme par magie sur les sites modernes ? Et il a disparu, on le sait déjà, tel que :


     Donc ici la tromperie est très claire, et, si vous avez une autre explication, nous serions très heureux de la présenter prochainement.

Huitième focus très "technique concernant Apollo 17" :

       Voilà, que l'on arrive maintenant au summum des magouilles en question, et pour être encore plus crédible, nous nous baserons sur les affirmations péremptoires, de la revue Ciel&espace n° 391 Décembre 2002, qu'il convient d'avoir absolument sous la main, afin que l'on ne dise pas, que nous avons tout inventé, et qu'il s'agit encore de "Fake News" d' images trafiquées :


     Et en feuilletant donc cette revue, vous découvrirez un surper un dossier central détachable de 8 pages, consacré à "l'exploit", d'Apollo 17...

      Mais brûlons les étapes et arrivons d'emblée au point crucial, de l'histoire...

      Voici donc déjà, les pages 8 et 9, de la revue en question :


      On voit , les nombreuses évolutions, accomplies par les prétendues astronautes et leur jeep, nommée officiellement le LRV (Lunar Rover Vehicule) ...

      Puis, nous arrivons, à cette dernière image clef , concernant Apollo 17, de la revue en cause :


      Cette photo porte le n° AS17-137-20979, que l'on peut trouver sur le site quasi officiel ... :


      Mais pour les puristes, voici donc le bouquet..., qui n'a jusqu'à présent pas reçu la moindre explication, de ces Messieurs astronomes, astrophysiciens et consorts béni-oui-oui de NASA...


      La question cruciale qui se pose est donc :

"Comment ont-ils pu amener ici, la jeep lunaire, sans qu'elle laisse des traces, sur le sol
? "
      Et puisque, nous avons parlé ces temps-ci, de vortex temporel à notre article :


     On peut aussi se poser, la question :

"Cette jeep a-t-elle pu ici, faire un saut quantique, dans le Temps? "

     Bien sûr, nous avons beaucoup d'autres anomalies, de même gabarit, par exemple la photo d'Apollo 15 :


, et on voit aussi que :


     Cela, est aussi une preuve absolue, qu'il y a eu, une magouille ahurissante, dans l'affaire très scabreuse, des Apollos de la NASA...


     Souhaitons que cette fois, certains chercheurs courageux, nous en diront, bien plus .

    Mais si, de plus, nous analysons la tranche la fameuse roue immobile de la photo AS17-137-20979, d'Apollo 17 vue plus haut :


    Nous y distinguons clairement, les petits grains de sable, qui sont restés coincés dans les interstices de la roue, quand elle a roulé ailleurs.

         Maintenant scrutez attentivement, la semelle présentée dans la photo AS17-134-20453 :


     Mais, voyons cela, en diminuant le contraste:


      Pas un grain de poussière, n'est collé en dessous de la chaussure.

"L'astronaute", est-il passé directement du LEM au LRV sans toucher le sol ? Quelle prouesse ? Aux spécialistes de répondre, si une telle chose est possible !!!

      Mais, soyons plus pointilleux encore : regardez la photo suivante, où nous avons tracé grosso modo deux lignes qui correspondent au bord droit des roues du LRV :


      On voit alors que, les roues de droite du LRV n'ont laissé sur le sol aucune traces visibles dans la direction montrée. Il en est de même d'ailleurs semble t-il, pour la roue arrière gauche.

Aux irréductibles sceptiques de répondre des lors, et nous en attendons, avec ferveur, cette simple réponse .

Neuvième focus très "circulaire concernant Apollo 17" :

    Mais, pour les puristes , qui aiment voir les documents d'origine, voici d'abord la couverture du Paris Match n° 1236, sorti le est sorti le 15 Janvier 1973, où figure un article classique , d'un certain François Caviglioli :


     Puis voici aussi, en page 35, le haut d'article :


Cette revue nous présente sur deux pages entières, ( 44 et 45 ) (que nous ne pouvons capter entièrement avec notre petit scanner), cette image d'Apollo 17, que nous tirons du site apolloarchive.com sous le n° : AS17-I40-21496 :


    La légende accompagnant la même photo géante du Paris Match n° 1236 du 13 Janvier 1973, est alors : " Un rocher comme sur la Terre : ce monstrueux bloc de rocher est une autre découverte impressionnante.  Son aspect  déchiqueté et érodé contraste étrangement avec les formes lunaires habituelles, douces et arrondies, telles qu'on peut les voir se profiler à l'arrière plan. Au retour de ce dernier voyage, Apollo 17 a ainsi emporté une moisson fabuleuse d'échantillons que le géologue Harrison H. Schmitt a choisis avec discernement. 270 Kilogrammes de roches ont été  jusqu'à ce jour prélevés sur la lune puis déposés 350 000 kilomètres plus loin sur la Terre. ".

    Comme tout cela est bien envoyé, n'est-ce pas !!

    On s'aperçoit déjà, que ce rocher présente de nombreuses anfractuosités, contenant plusieurs angles droits, et même des trous carrés, que vous n'aurez aucun mal à déceler et qui donnent l'impression que ce rocher aurait été carrément sculpté. (Mais ce n'est qu'une impression que des spécialistes en mathématiques et topologie, n'auront aucun mal à préciser).

    Mais extrayons en, ces deux paties :

    
  

    Reprenons d'abord la photo de gauche, en y plaçant deux petites flèches :

  

    Au bout de flèche rouge n° 1, on découvre une sorte d'inscription voilée représentant un R, et un Y ou un 4. Plus bas, au bout de la flèche 2, on distingue comme une parcelle de la roche qui aurait été comme grattée et dont la couleur est plus foncée. Sur la photo d'à côté, nous avons volontairement accentué le contraste pour que cela soit plus net. On y voit alors parfaitement la forme géométrique de ce grattage, pour  y faire disparaître d'autres inscriptions, mais que l'on a cependant oublié sur les bords du grattage un V, qui apparaît bien nettement, et au-dessous duquel, pointent deux portions de droites bien parallèles.

    Évidemment, tout cela pourrait être le fruit du hasard. ou comme le disent si souvent les détracteurs zélés : " C'est simplement une illusion d'optique" , d'autant que sur les photos utérieures, on ne voit plus rien. Mais, dans le cas où des spécialistes en graphologie, démontreraient, qu'il s'agit vraiment d'une écriture , que l'on a essayé de camoufler, il n'est pas besoin d'insister sur les implications extraordinaires, que l'on pourrait en tirer. Aux spécialistes donc de répondre...

    Venons en alors, à la photo suivante, où nous avons placé une seule flèche :

  

    Au bout de la flèche rouge, on aperçoit une sorte forme circulaire très étrange, et qui pourrait être un outil oublié dans ce coin, ou mieux une sorte de crochet< (il y en a, peut-être, d'autres cachés par derrière), pouvant servir à soulever la structure lègère en carton-pâte ou en plastique.


    D'ailleurs le sommet de ce rocher, paraît plutot applati, pour un bloc lunaire, car sur la Lune, on le sait, il n'y a pas en principe d'érosion, susceptible de le raboter de la sorte.

    Mais dans ce super n°1236 de Paris Match consacré à Apollo 17, nous avons aussi repéré l'image du véhicule lunaire (LRV) (Lunar Rover Vehicule) , placé presque qu'au centre des deux grandes pages 40 et 41, trop étendues pour notre scanner :

    Mais sur le site :

, nous avons retrouvé en format plus réduit, l'image globale en question :


    Voyons de plus près ce LRV (Lunar Rover Vehicule) du Paris Match :


, qui correspond à la légende de la revue :: " ...Harrisson H. Schmitt parait isolé et perdu avec sa jeep dans ce paysage lunaire fantastique et désolé. C'est ici que vient d'être découverte pour la première fois une roche de couleur orange. Cette couleur est nettement visible de chaque côté du véhicule. trace d'une éruption volcanique ou de la présence d'eau voici des milliards d'années sur la Lune, cette roche sera analysée par les chercheurs. Son origine pose une nouvelle énigme.".

     Pas mal ce laïus très coloré , n'est-ce pas !

     Ce que nous constatons d'emblée, c'est que l'on ne voit aucune trace de pas, ni surtout des roues du véhicule, ni devant, ni derrière. Comment a-t-il pu arriver au centre du paysage sans laisser de traces sur le sol. Bien sûr, on nous dira que c'est la dureté du sol qui en est responsable. Point Barre.

     Maintenant, il faut aussi remarquer les caractéristiques du symbole + pouvant servir, on le suppose, au cadrage des éléments du paysage, comme le quadrillage établi par les archéologues sur le site d'un terrain ou sous la mer. Ce + , devrait, on le sait, toujours se situer en avant, des objets de l'image. Mais la photo du Paris Match, (voir aussi celle numérotée ( AS16-107-17446 du site déjà vu : http://www.apolloarchive.com/apollo_gallery.html), possède à ce sujet, une anomalie notoire :


    Comme vous le voyez, la branche horizontale gauche et droite du + , passe bien derrière le bout des objets du LVR, et même aussi presque toute la branche verticale du bas de ce + , disparaît derrière le LVR. Ceci est la preuve absolue que cette photo a été réalisée par la juxtataposition de plusieurs photos, et l'opérateur de la NASA, ne s'est pas rendu compte de l'erreur lors du montage.

      A vous de juger tout cela, documents à l'appui.

dixième focus très "psychololgique concernant Neil Armrstrong"

       Cependant, il nous est possible ici, de montrer que d'après leurs conportements, vis à vis de leur interlocuteurs, certains spationautes comme Neil Armstrong (le premier dit-on, à avoir foulé, le sol de la Lune) et bien d'autres du même acabit, n'ont peut être jamais quitté la banlieu terrestre, pour redescendre ensuite, comme l'a fait, il n'y a pas si longtemps, le célèbre spationaute français Thomas Pesquet...

       Pour ARTivision , cette affaire commence, lors de la réception des missives suivantes :

Première missive :

       En effet, le 27 Janvier 2011, nous avons reçu la missive suivante du Canada :

----- Original Message -----
From: Jean R......
To: Fred Idylle
Sent: Thursday, January 27, 2011 3:01 PM
Subject: TR: ... DIE NASA-MOND-LANDUNG ... IM STUDIO ON PLANET ERDE
accompagné d'un petit film


       Deuxième missive :

From: Maryse B................
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Sunday, August 14, 2011 6:02 PM
Subject: moon rising "montée de lune"

          Bonsoir/jour Fred,

     Juste au cas, où vous l'aurez pas vu, une petite vidéo



     Amicalement, Maryse


    Troisième missive : (il y en a eu bien d'autres):

----- Original Message -----
From: chanal S...
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Thursday, December 15, 2011 8:27 AM
Subject: Les américains n'ont pas été sur la Lune

      Bonjour Fred,

     Je sais que vous prenez du repos et j'espère que tout se passe au mieux.

    Je suis tombée sur une séquence relativement courte mais étonnante.
Sur le site www.moontruth.com. Je vous la mets par hasard en pièce jointe.
Et encore merci pour tout votre immense travail accompli.
C'est un vrai plaisir sans cesse renouvelé que d'aller sur votre site.
     Bonne continuation.

Chantal......


    Nous avons bien sûr, répondu à ces aimables intenautes à l'époque, en disant que nous connaissions le petit film en question, depuis au moins 2005, et cette courte vidéo s'appelait autrefois "Moontruth". On pouvait la voir à l'époque sur près d'une demie douzaine de sites, et actuellement il reste encore celui là, sans doute pas pour longtemps :



    On y voit donc un système de projecteurs qui dégringole à côté de "l'astronaute".

    

    Cela surprend évidemment, mais les détracteurs français zététiques et autres debunkers anglosaxons, vous diront que ce film provient effectivement du centre d'entraînement, où l'on était entrain de préparer les gestes précis à faire, et donc que ce film a bien été tourné sur la Terre et probablement ce n'est même pas Armstrong, qui descend de l'échelle et qui prononce le phrase clef. Point Barre.

    Mais, ce que ces détracteurs zélés ignorent, c'est que nous avons assisté à l'époque, à la télévision, aux déclarations en direct d'Armstrong lors de l'emission de FR3 "Les Dossiers de l'écran" , le 15 Août 1979, et à un moment donné Armstrong, a affirmé devant des millions de téléspectateurs, groso modo, que sa phrase fut spontanée et non prévue à l'avance, lors de son débarquement sur la Lune. Cette vidéo prouve donc qu'il a berné tout à fait, les journalistes de l'émission, alors que le premier quidam rencontré après cette émission, sans être docteur en psychologie, vous dirait d'emblée, que cette phrase ne pouvait, en aucune manière, avoir été spontanée, pour quelqu'un debarquant sur une autre planète pour la première fois dans l'histoire de l'Humanité. Chaque mot et chaque pas, devaient assurément, être étudiés à l'avance :

    Merci mille fois à l'internaute qui retrouvera sur Google, l'url où le DVD, de cette émission des "Les Dossiers de l'écran" , pour bien analyser dans le détail, les propos d'Armstrong, correspondant à sa célèbre phrase. Nous avons nous-mêmes écrit , à la revue Nostra, à propos de cette émission . Voici la lettre en question, (à laquelle il manque nos éléments de preuves sur l'affaire).


    La vidéo MoonTruth , (que l'on a intérêt à enregistrer rapidement, car elle pourrait disparaître comme par enchantement), prouve sans contestation, que la phrase d'Armstrong, prononcée solennellement en posant le pied sur le sol, avait bien été calibrée d'abord, et donc Armstrong, devait savoir cela : Pourquoi a-t-il menti ? Aux spécialistes de répondre...Nous attendrons avec ferveur, leurs conclusions pour les publier joyeusement...

    Mais, puisqu'on est certain ici, qu'il a menti, nous pouvons lui appliquer sans réserve, l'aphorisme célèbre :

"Qui vole un œuf, peut voler aussi un autre jour, un bœuf".

    Et, alors on peut dire que, si Armstrong, a menti une fois, il peut très bien le faire en mieux, une autre fois. On pense même que ce film aurait été tourné en Angleterre sur le plateau de cinéma, où fut réalisé le célèbre film de Stanley Kubrick : " 2001 l'odyssée de l'espace" :

      Il est à noter aussi, que l'ancêtre de la chaine actuelle "Toute L'Histoire" , fut une chaîne très courageuse, qui n'avait pas froid aux yeux
, car elle avait osé, en dire plus, sur cette scabreuse affaire lunaire
, en nous présentant en 2018, l'excellent documentaire suivant :


      Le site ARTivision qui a toujours une longeur d'avance, nous avait déjà en effet, dès 2003, exposé cela, sous la forme :


      Si en plus, on étudie le comportement aberrant de ce prétendu "spationaute", on reste sidéré devant une telle attitude fallacieuse, car cela ne cadre pas du tout avec le stoïcisme et le caractère avenant que l'on prête en général à un héros de la nation, et nous invitons maintenant, les internautes curieux, à analyser avec le plus grand soin, les quelques lignes suivantes extraites d'un vieux Paris Match n°1242 du 24 Février 1973, où figure un article courageux, tout à fait hors-normes, et intitulé :



     Le langage est donc clair : les "astronautes" sont devenus "les désaxés" soit, les "misfits" de la NASA.

  


     Mais, tout à l'intention du novice en question, et pour mieux analyser cette affaire, rappelons ici les propos très poétiques de l'explorateur américain Israel Isaac Hayes "La mer libre du Pôle" de 1877 ( ouvrage extraordinaire que nous avons la très grande chance, de posséder) :


    On trouve alors ceci, aux pages 188 à 189 :

" Tout le démontrait: j'avais atteint les rivages du bassin polaire. L'océan dormait à mes pieds.... il m'était donc impossible d'aller plus loin. La crevasse dont j'ai parlé eût déjà suffit pour nous empêcher d'atteindre le nord de la baie; mais, au large, les glaces paraissaient encore en pire état. Plusieurs flaques d'eau s'ouvraient près du littoral, et sur l'une d'elles venait de s'abattre une bandes de "dovekies" ou de guillemots à miroir blanc. En remontant le canal kenedy, j'avais reconnu nombre de leurs stations d'été; cependant j'étais assez surpris de voir les oiseaux eux-mêmes à une époque si peu avancée de la saison. Les mouettes bourgmestres volaient au dessus de nous, se dirigeant vers le nord où elles cherchaient les eaux libres pour leur nourriture et leur demeure... "

    et le 19 Mai 1861:

" Cette note placée dans une petite fiole apportée tout exprès, fut soigneusement déposée sous le cairn, puis nous poursuivîmes notre route en nous tournant vers le sud; mais je quittais avec répugnance ce lieu qui exerçait sur moi une fascination puissante, et c'est avec des sensations inaccoutumées que je me voyais seul avec mon jeune camarade, dans ces déserts polaires que nul homme civilisé n'avait foulé avant nous. Notre proximité de l'axe du globe, la certitude que de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent des êtres humains d'une race inconnue: telles sont les considérations qui semblaient donner je ne sais quoi de mystérieux à l'air que nous respirions..."

      Fin de citation


    Tout ce qui est raconté ci-dessus, est superbement rassemblé dans une gravure montrant ce fantastique paysage, qui à juste titre a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes et son compagnon. Voici à nouveau cette gravure sublime :


     Et en aquarelle en couleur, c'est mieux :


    Cette émotion toute naturelle, n'a pourtant pas plu aux bien-pensants explorateurs modernes des pôles, comme un certain Paul-Emile Victor.(Voir notre article : )



    En comparant cette déclaration de I. I. Hayes avec le comportement d'Armstrong, on voit alors, que nous passons d'une extrémité surprenante à une autre très décevante . Où l'émotion bien humaine s'exprime avantageusement, selon nous bien sûr, pour Hayes, voici que pour Armstrong, décédé on le sait, le 25 Août 2012, qui, dans une situation encore plus extraordinaire, puisqu'il s'agissait de débarquer sur un autre astre, (et là, il serait tout naturel, à notre avis, d'avoir à cet effet, le souffle coupé , devant un tel paysage d'Outre-Terre), ce dernier, en véritable robot, refuse même de dire devant ses interlocuteurs seulement, que la Lune est belle et même, il agit comme si la lune lui avait donné "le dégoût de la Terre" . Mais relisez donc à nouveau, bien ce passage :


     Voilà, Messieurs les journalistes intrépides, un sujet d'article passionnant, que représente ce parallèle à faire entre deux explorateurs si opposés dans la conception de la Vie.

     Il y a là, même, pour des étudiants en Psychiatrie, Psychologie , Philosophie et consorts Sociologiques, une thèse toute trouvée, et surtout jamais réalisée à notre connaissance, concernant une étude comparative de ces deux modes d'expression, des explorateurs précités...

     On voit donc clairement dans le texte du Paris Match 1242, présenté ci-dessus, que "le Spationaute" Neil Armstrong, est bruquement devenu comme "un ours en cage", et on dit, parait-il, qu'il ne voulait plus entendre du tout parler de la Lune. Le titre même de ce Paris Match 1242 , est déjà à notre avis, en lui-même, très explicite: "Ils sont encore dans la Lune".

     Il y a donc bien "anguille sous roche", pour cet "explorateur", qui est devenu après son prétendu "voyage", vers la Lune, un obscur professeur d'université, face à des étudiants, ignorant de lui, tout ce qui précède et ce qui va suivre.

      Mais relisons bien, ces quelques lignes déjà vues plus haut :


      Vous avez donc bien lu, nous l'esperons, que le nommé Neil Armstrong, aurait pu amplement tirer, de grands profits, par les contrats publicitaires faramineux, qui lui ont été proposés
. Connaissez-vous en effet, cher internaute, un américain qui refuse de ramasser des millions de dollars, qu'on lui offre sur un plateau d'argent, comme certains footballeurs français ou étrangers, bien connus, l'ont honnêtement bien fait ?

      Et bien oui, il en existait au moins un, ce fut Neil Armstrong, l'homme qui, on le sait, fut dit-on, le premier, parait-il, à mettre le pied sur un autre "astre que la Terre"


     Voici aussi, d'autre part, quelques phrases tirées de la page 99 de l'ouvrage très documenté de Pietro Banucci , intitulé "La Lune", et publié aux Éditions Bordas 1989 :

      "Après son débarquement légendaire, sur la mer de la Tranquillité, Armstrong se replie sur lui-même, et évite, dans la mesure d possible, de parler du passé. Séjournant dans un quasi-exil à Cincinnati, il évite les journalistes et se contente d'un poste d'enseignant en technologie aérospatiale dans une université locale... A plusieurs reprises, il émet des opinions négatives sur la NASA. En Décembre 1972 après la mission Apollo 17 qui marque la fin de l'exploration humaine de notre satellite, il refuse une invitation de la NASA, à une cérémonie au cours de laquelle il aurait dû poser pour une photo avec les onze autres astronautes du programme Apollo. La photo de groupe est donc incomplète. En Juillet 79, il refuse de se rendre à une party, à laquelle l'a invité le Président Nixon.. Il snobe également une réception donnée par l'ex-président en l'honneur des astronautes du programme Apollo , dans sa villa du Pacifique en Californie...".

     Mais, il y a aussi ceci : Lorsque l'astronaute Armstrong, a soi-disant débarqué sur la Lune et cela, (5 heures avant l'heure prévue, ce qui a désorganisé tous les programmes des médias qui suivaient l'événement), il a flanqué la caméra dans une direction et elle n'a plus bougé ...

     Jamais, il n'a fait (à notre connaissance bien sûr, et nous aimerions avoir la preuve du contaire) , un panorama du paysage, comme le ferait tout alpiniste, qui arrrive au sommet d'une montagne...

     C'est inadmissible, au prix où l'on avait soi-disant payé cette caméra... Des spécialistes ont démontré d'ailleurs, que la caméra n'avait aucune protection contre les dures conditions et radiations, qui régnent sur la Lune, et que par conséquent, les films obtenus auraient été tous "brûlés"...

    Arrêtons là, voulez-vous, ces propos significatifs sur Armstrong, qui justifient parfaitement, à notre avis, notre expression "un ours en cage" citée ci-dessus...

      Voilà donc, quelques éléments très prosaïques et il y en a d'autres, qui nous invitent à croire qu'Armstrong, qui, on le sait, a passé l'arme à gauche le 25 Août 2012
, n'a probablement, jamais mis les pieds sur la Lune, avec une mission Apollo, mais il peut l'avoir fait avec un vaisseau Alien, qu'il aurait rejoint en dehors de la Terre, et nous expliquerons cela plus bas .

      Donc ce n'est pas comme le pense le France-Antilles du 27 Août 2012, présenté ci-dessous, une affaire d'Humilité,



qui a présidé au comportement aberrant, d'Armstrong, mais, pour nous, la seule façon de comprendre ce comportement, c'est de se dire qu' Armstrong, a eu un sursaut évident, de dignité et de moralité, et il a donc refusé de participer à cette mascarade cosmique, montée par son gouvernement et la NASA, pour de vulgaires questions de prestige politique, économique et militaire de sa nation. Point-Barre...

     Mais, dans ce même numéro 1242 de Paris Match, il y a aussi cette incroyable page 79 :



, où l'on apprend que, le second "voyageur de la Lune", d'Apollo XI, Buzz Aldrin, qui aurait été interné deux fois, a prononcé cette phrase très insolite :

" On nous croit des héros, mais la Lune nous a brisés".

     Il y a donc bien quelque chose d'incroyable qui s'est passé au sujet de la Lune également pour Aldrin, n'est-ce pas !!

     Mais parlons aussi un peu de, Mikael Collins (le troisième larron qui a seulement tourné en rond autour de la Lune dans le Module de Commande, quand ses camarades étaient "déscendus", sur le sol lunaire), et qui parait-il a été si choqué, par son "aventure lunaire", si bien qu'il ne participera plus à aucun autre vol spatial. Voir à ce sujet, la revue "Valeurs Actuelles" n° 1725 de Déc. 1969 page 22:




     Que celui qui a bien su lire tout qui précède, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout, le désir latent d'en savoir plus, documents à l'appui.

     Mais il y aussi le cas, où l'on découvre que Neil Armstrong, a refusé de jurer sur la Bible, qu'il a vraiment mis le pied sur la Lune .

     Voici une image qui prouve que l'on a bien mis Armstrong, au pied du mur dans cette affaire :


     Si en France, cette affaire de jurer sur la Bible, n'a plus cours devant nos tribunaux, aux USA, où le puritanisme est encore vivace, il n'en est pas de même. Dans l'mage précédente, on voit un journaliste très intrépide et audacieux, qui interroge Bible en main Armstrong ( pour ARTivision, ce genre de journaliste hélas, ne court pas les rues) . Voir le reste de l'affaire sur la vidéo :


      Sur Google, vous trouverez près de 11000 documentaires sur cette affaire .

      Le Webmaster du site ARTivision, pense lui, qu'Armstrong, avait tout intérêt à dire simplement "Je le jure", au lieu de faire tout le tralala, qu'il a si malencontreusement exécuté.

     A vous de juger tout cela, documents incontournables à l'appui . "

      Mais, ce jour, poursuivons l'analyse des incongruites significatives, qui prouvent
, une fois de plus qu'il y a bien eu, une scélérate magouille, dans ces affaires scabreuses des Apollos...


      En effet, c'est le 7/01/2011, nous avons reçu par la Poste, l'album de 220 pages suivant :



, et cela essentiellement, pour vérifier les prétendus dires d'un habitué, quelque peu fantaisite, (Akeenoya) d'un forum (voir notre article Apollo8enquestion.html)

      Pour les puristes qui aiment remonter aux sources d'un document, disons que ce livre de John Barbour, fut publié en 1969, dans la collection Desclée De Brouwer, mais cet ouvrage est sorti, la même année, dans un dossier de l'Associated Press à New York tel que :



    En refeuilletant le 28/12/2012, cet ouvrage luxueux nous y avons retrouvé, l'image bien connue :



    Puisqu'il s'agit de "Quelques pas sur la Lune", analysons alors, justement, les pas des astronautes (Arsmtrong ou Aldrin ) au bas de l'image. Disons d'emblée que seul le rapport d'un spécialiste en podologie ou en étude de la marche d'un astronaute engoncé dans son lourd scaphandre, peut faire foi. Nous ne proposons ici, que de modestes pistes de recherches :

    Considérons d'abord l'écartement des pieds, que l'on pourrait croire convenable dans l'image suivante :



    Nous n'avons trouvé, que ces deux pas apparemment orthodoxes et assez rapprochés, au bas de la première image.

    Mais, voyons le reste :



    On voit là, que l'écartement des pas de "l'astronaute", est excessif, étant donné la rigidité et l'encombrement du scaphandre. Donc :

     - Soit les astronautes ont marché, à deux reprises sur une ligne, en chevauchant leurs pas, ce qui ne semble pas commode avec leur scaphandre encombrant...

     - Soit ces traces de pas, ont été ajoutées par juxtaposition, à une photo primitive...

    Mais, le point le plus surprenant, est bien le pas qui se trouve, tout seul, de travers entre les deux "pistes parallèles". Comment un astronaute, en marchant sur la Lune, dans une direction, peut-il laisser la trace d'un seul pas ?...A vous de juger..."

     Mais le meilleur est bien dans ce qui suit :

      C'est en effet, le 25 Juillet 2015, que nous avons reçu de notre très bonne amie Nicole, (qui hélas a quitté ce monde, en fin 2017), le message extraordinaire suivant :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred IDYLLE
Sent: Saturday, July 25, 2015 3:10 AM
Subject: Armstrong et sa combinaison

      Bonjour cher Fred,

      Ces imbéciles de la NASA, se sont grillés eux-mêmes avec la ... :



      Juste pour vous faire rigoler un peu, je vous ai envoyé ce lien . L'article original paru dans StopMensonges est interdit de visionnement, mais j'ai continue à chercher et j'ai trouvé l'article dans un autre site. Vous verrez dans la vidéo une image très claire de la semelle de la combinaison differente ce l'empreinte supposee etre sur la Lune ! C'est à mettre dans ARTivision, C'est une preuve indubitable de l'arnaque !!

      Donc comme vous le voyez, on peut toujours contourner la censure, et il suffit de chercher et on trouvera aussi pour Byrd. Quelqu'un aura bien fini par laisser passer l' info capitale, que vous cherchez à ce sujet.


      Fin de citation

      Un grand Bravo au site CAGOU.com, qui a su si bien dénicher, cette info hors norme.

     Dans la vidéo en question, les deux charmantes dames :

  

, nous exposent en anglais approximativement ce qui suit :


      Puis, en cliquant sur l'image, nous découvrons cela :


      Et enfin la vidéo, arrive à cette image :


Et en agrandissant la semelle, et en y mettant un peu plus de relief, nous avons obtenu ceci :


     Pas besoin donc de sortir de Polytechnique pour s'apercevoir qu'il y a maldonne :

     Nous avons beaucoup hésité, pour mettre cette affaire en ligne, à cause du fait que cela pourrait être un canular, monté de toutes pièces par des infographistes timbrés, qui veulent se faire mousser dérisoirement, sur le Web. Mais le fait que l'on ait pas présenté l'image de conclusion en juxtaposant les deux semelles, nous fait croire à l'authenticité du document. Un infographiste pervers n'aurait pas manqué de le faire assurément.

       Mais nous ne sommes pas au bout de l'affaire, car la NASA, en cachant les documents de référence, peut toujours dire qu'au moment du départ pour la Lune, on a mis d'autres bottes plus étanches, car nous dit très justement notre amie vigilante Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com ): " Je suis très étonnée par l?allure de cette semelle, lisse et ne correspondant pas du tout à un soulier protégeant du vide spatial (coutures apparentes, et donc étanchéité faible).

       Je m?étonne donc, peut-être s?agit-il d?une sorte de "chausson", et les cosmonautes enfilaient-ils des bottes par dessus ? Si ce n?est pas le cas, alors, c?est vraiment bien la preuve que ce type de chaussure a servi plus à marcher sur les plateaux de cinéma, que sur un terrain accidenté. Votre réflexion sur les empreintes jumelles est tout à fait cohérente, à moins que l?on ait voulu absolument montrer le premier pas sur la lune, on se demande bien où peut être le second... "


      En effet, nous nous sommes toujours demandés, pourquoi la NASA, n'avait présenté qu'un côté de l'empreinte d'Armstrong, sur la Lune, alors qu'il devrait en avoir deux, presque côte à côte que les spécialistes du sol lunaire auraient un vif plaisir à étudier. Qu'est que cette empreinte avait de particulier pour être choisie, si impérieusement ? Bien sûr, on vous répondra, que c'était le premier pas, qui comptait avant tout.

    En effet, voici en mieux, le premier pas d'Armstrong sur la Lune, déjà montré plus haut :



    Comme on prétend qu'Armstrong, a sauté de l'échelle du LEM, pour descendre sur la Lune, il ne peut le faire qu'en rapprochant ces deux jambes, et donc on devrait au moins apercevoir une partie de son autre pas, comme dans cette photo tirée d'une image d'Apollo 11 justement, mais il y a certainement ailleurs, d'autres images significatives, des pas rapprochés, d'Amstrong.



    Cette image est tirée, en bas à droite, de celle-ci, nommée par la NASA : AS11-40-5872 :



, où l'on voit deux disques lumineux insolites, jamais expliqués par la NASA..., et qui ne sont en fin de compte que des reflets des nombreux projecteurs, qui éclairaient la scéne du champ cinématographique, bien terrestre....

      A vous de juger, une fois de plus, tout cela, documents à l'appui...

       A suivre... Fred IDYLLE.

    Article mis en page le 11/03/2020, et revu le 12/03/2020, et revu le 15/03/2020.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil